LesRibo.free.fr

Presse

Chroniques album -"Veloutine et vodka"

BBimg


"Outlaws lettrés.
Jean Gabin disait:"Pour faire un bon film, il faut trois choses: une bonne histoire, une bonne histoire et une bonne histoire". Cette maxime pourrait bien s'appliquer au groupe amiénois Ribo qui, dans chacune de ses livraisons discographiques, nous offre des chansons rock conçues comme des courts métrages et fichtrement bien écrites. Alors, il donne quoi ce cinquième album des Ribo? Ben, comme les précédents, il est très bien! Ribo, c'est comme John Lee Hooker ou J.J Cale, la force tranquille, du solide qui ne cherche plus le buzz à tout crin. On retrouvera donc un chanteur-guitariste Laurent Pilniak, au timbre de voix évoquant fort celui de Hubert Felix-Thiefaine, et porteur de textes toujours aussi bien ciselés, littéraires, rebelles et riches de références qui font chaud au cœur; ainsi ce Peeping Tom un rien désabusé qui fait référence à Joseph Losey, Hitchcock ou Eddy Mitchell. On se sent bien avec Ribo, nos outlaws lettrés préférés!
Pascal Duval - Agir en Picardie- Juin-Juillet- Août 2013


« Hier, Douter Des Totems ou Fatras Pour Chat Giflés. Aujourd’hui, Veloutine & Vodka. Ribo conserve le sens du titre étrange et poétique, souvent annonciateur d’un univers inventif et personnel. Ce cinquième LP de la formation amiénoise confirme et affine le dispositif déjà adopté sur l’album précédent, à savoir le mariage d’un son Folk-Rock et d’une chanson très française dans l’attention qu’elle porte au choix des mots. Direct et bref, 10 morceaux concis sur 35 petites minutes, l’album file comme un train dans la nuit, avec à son bord une pleine cargaison de textes soignés et elliptiques, de mélodies efficaces et catchy, et d’arrangements simples mais originaux. Tendu puis apaisé, feutré ou électrique, mi-figue, mi-raisin, tantôt veloutine, tantôt Vodka, si le climat de cet opus autoproduit est changeant et incertain, sa réussite est avérée. »
Ad Lib /Zine - S.Corey


"Ribo assure. Au fil des albums, le groupe amiénois Ribo creuse son sillon. Réalisation réussie, production fine et arrangements à la fois efficaces et originaux (belles nappes d'orgue procolharumiennes), Ribo propose dix chansons portées par la voix souple, bien posée et agréable de Laurent Pilniak. Entre chanson et rock, ce disque est une bonne surprise. Il devrait permettre au groupe d'élargir son public."
Philippe Lacoche


"Avec ce Veloutine & Vodka, Ribo signe un cinquième opus dans la continuité de Douter Des Totems, en prolongeant l’exploration de thèmes déjà abordés, mais ici tout est plus direct et nerveux encore, on en perçoit d’autant mieux l’urgence qui règne globalement sur ce disque. Veloutine & Vodka retranscrit en cela une ambiance plus qu’actuelle. Au milieu de cela un trait d’humour frondeur demeure. Ce cinquième album est l’œuvre d’un groupe ayant singulièrement évolué depuis ses premiers pas discographiques, mais qui n’a rien perdu de ses traits de caractères, de son identité et qui continue son chemin.

Ceux connaissant la discographie du groupe trouveront dans Veloutine & Vodka tout ce qui fait un album de Ribo. Les autres, amateurs de chanson, férus de cinéma, vous pouvez jeter une oreille (voire, pourquoi pas, les deux !) sur cette galette picarde. Vous ne devriez pas être déçu, et songez aussi que certaines musiques gagnent à être écoutées et plus encore, à être réécoutées."
La Gazette de Paris - Xavier Fluet - Janvier 2013




Publié le 2013-02-11

Chroniques - Album "Douter des totems"

BBimg


"Le groupe amiénois Ribo livre un quatrième opus célébrant une nouvelle fois le mariage du rock avec des textes très littéraires. Les ombres tutélaires de Léo Ferré, Serge Gainsbourg ou Arthur Rimbaud continuent à planer sur ces douze nouvelles chansons, pourquoi s'en plaindre? Coté musique le Ribo nouveau se partage entre galopades country rock (Automne Cheyenne), tranches de pop héroïque (Fleurs noires), ou aux accents lyriques (Miss November), blues shuffle et funky (1000 villes dans le ventre) et même musique concrète (Songe le singe nu). L'auditeur saluera un mix aéré, mettant en lumière les sonorités seventies d'un guitariste jamais en peine d'inspiration. Il appréciera aussi le chant de Laurent qui gagne ici en souplesse. Ribo avance tout en continuant à creuser le même sillon. Le fait des groupes amenés à durer."
AGIR EN PICARDIE - Pascal Duval - Juillet/Août 2011


"Déjà repéré par cette rubrique pour son nouvel album en 2000, le groupe Ribo issu de Picardie n’a eu de cesse depuis de creuser son sillon. Son 5ème album témoigne d’une aisance et d’une maîtrise accrue, sans rien abdiquer d’une démarche exigeante et parfois rugueuse qui le place au carrefour du folk, du rock et de la chanson. Soudé autour de son chanteur le quatuor sait éviter la plupart des chausse- trappes d’un tel positionnement et affirme haut et fort son authenticité".
ROCK & FOLK - H.M – Mai 2011/ qualité France


"Douter des totems est le quatrième album de la formation amiénoise. Un album qui jongle entre fougue et mélancolie, porté par des sonorités pop-rock et folk aux accents mutins. Nul doute que le regard porté sur le monde est acéré, forçant plutôt le trait sur sa noirceur que sur sa beauté, si la beauté existe encore ! Ribo décrit l’illusoire, le pathétique et le non sens avec une énergie savamment domptée, adaptant l’intensité exprimée par les instruments à la force des mots. Agrémentées de parties de violoncelle, de chœurs, les mélodies aux riffs de guitares parfois saturés sont agréables à l’oreille. Le point d’orgue étant le morceau électroacoustique qui clôture l’album, Songe le singe nu. L’album s’écoute comme si l’on feuilletait un livre d’images. Ribo signe avec Douter des totems un opus riche en émotions, qui redonne ses véritables lettres de noblesse à un style parfois décrié par nos pairs."
FRANCOFANS -Sandrine Palinckx - avril 2011


"Quatrième album pour ce quatuor chanson-rock qui nous vient de Picardie, et l’intérêt ne faiblit pas, bien au contraire. Il y a trois ans, Ribo nous faisait la bande originale d’un polar jamais tourné, truffé de balles et de clichés les plus noirs qui soient. Le noir leur sied bien, humour inclus, tant qu’ils le conservent en un album qui tourne autour du pot, du totem, des héros et des zéros, de ceux qui se retrouvent par hasard ou par volonté au grand casting de la vie. Casting ? Oui, Ribo continue dans la focale, l’écran large, le plan américain. Ils se font encore et toujours leur cinéma, presque inventaire cette fois-ci, dans pas mal de genres où le ciné est roi : la péloche coule dans leurs veines de rockeurs et déteint méchamment sur des textes à tiroirs, des images à miroirs. La musique est nerveuse, elle aussi imprégnée de pas mal de références, et le groupe pas novice pour deux sous, soudé, balance ses notes avec assurance, brio et fermeté. Du beau boulot. Reste que la bande à Ribo semble douter de ces totems, en en cherchant d’autres : « Fabrique-moi d’autres totems / des images, des emblèmes ». La promesse d’une suite ?"
LE THOU'CHANT - Michel Kemper -mars 2011

Publié le 2011-03-17

Chroniques - Album "Sally-Jean Malher n'est plus ici..."

BBimg

"Y'a pas que les amateurs de rock qui pourraient être séduits par cet album, les cinéphiles aussi. C'est la B.O d'un film qui n'existe pas. Qu'importe. On y retrouve toutes les ambiances d'un polar glauque étatsunien, mené tambour battant et flingue à l'avenant. Ces "13 pieces for a road-movie", cette "fugue en mode mineure par chemin de traverse" nous narre la cavale de deux protagonistes, Marius et Sally-Jean Malher, de la vieille Europe à N.Y.C. La voix du narrateur-chanteur est rugueuse à souhait, comme chargée d'alcool et ravagée par le tabac, inquiétante. Le scénar est dopé de tous les clichés possibles, de références au cinoche sublimées: ça nous fait un opus qui oscille entre l'ambiance glaciale et surréaliste d'un impeccable film noir et l'humour du même ton que Ribo sait distiller. C'est le troisième opus de ce groupe picard. Attention celui-ci est fatal!"

CHORUS N°63- Michel Kemper - Mars 2008


" Ribo, quintet venant tout droit d'Amiens, vous propose un troisième album au concept intéressant, puisqu'il s'agit d'un "Road-disque". On suit le parcours de Sally-Jean Malher, dont le nom nous évoque Norman Jean Backer, alias Marilyn Monroe, une image de l'Amérique. Cette demoiselle fuit la vieille Europe en Jaguar, traverse l'océan pour attérir à Ellis Island, mais c'est à l'Ouest qu'elle est le mieux. Malgré tout, elle finit par une Unhappy End dans le désert. L'histoire se déroule véritablement comme un film et les images défilent au fur et à mesure des chansons. Pour les influences musicales, nos amiénois sont allés chercher du côté de Seattle pour puiser dans le grunge de Nirvana, Pearl Jam ou Alice in chains. Comme quelques grammes de finesse dans ce monde de brute, la légèreté du piano vient contrebalancer les grosses guitares."

FRANCOFANS N°10 - Stéphanie Berrebi - Avril/Mai 2008


Voilà une démarche qui a le mérite d’être originale. Je n’entends parler que de comédies musicales sur des thèmes déjà visités. Les Picards de Ribo eux sortent la bande originale d’un film virtuel, qui raconte la suite des aventures de Marius Venin et de Sally-Jean Mahler. Les musiques pop-rock donnent une ambiance très américaine à la cavale des deux héros. Les paroles françaises sont sombres et tourmentées. Les caractères étant poussés à l’extrême du glauque et du sordide, ce qui les rend attachants et sympathiques. Pour les amateurs de dépaysement et d’anticonformisme et de vraie démarche créative.

RADIO CLUB NORD - Alain Stievenard - Mars 2008



Rock tendu et haletant.
Le texte de ce "concept-album" est à l’image de la musique : rock, tendu, haletant. Comme l'indique son titre, Sally-Jean Mahler n’est plus ici. Et à écouter le héros, chanteur-narrateur à la voix grave et sentencieuse, il semblerait que ce soit tant mieux ! Avec ce road movie musical, le groupe Ribo jongle avec les poncifs du film noir et du roman blême : un héros un peu paumé replongeant dans les bras d’une belle vamp, une cavale en règle qui conduit dans des motels miteux très bukowskien, une fin de course dans le désert mexicain... Le dénommé Nojak, qui signe les textes, connaît sa Griffe du passé et son Facteur sonne toujours deux fois (films et romans américains très noirs) sur le bout des doigts. On s’en félicite.
Agir en Picardie - Agenda culturel - Oct.2008



Publié le 2008-03-21

Chroniques - Album "Fatras pour chats giflés"

BBimg

"Ribo nous vient directement de Picardie, d'Amiens précisement. Et, c'est leur troisième album. La musique de Ribo est comme la jacquette de leur album, sombre, mélancolique. Elle sent le café et les clopes. Le chant est éraillé, vibrant, tourmenté mais paradoxalement plein d'énergie et d'émotions. Les textes de Stéphane, le parolier du groupe sont pleins d'humour noir. L'univers est surréaliste, complétement déjanté, bref des histoires à dormir debout! Des histoires qui à force d'être sordides, finissent par en devenir drôles. On pourrait assimiler la voix du chanteur à celle d'Arno, mais trève de comparaisons, Ribo ça s'écoute, seul, chez soi, ou en voiture et, si vous aimez l'humour noir, alors vous aimerez Ribo".

CHANSON MAG - Mai 2006 - Théo



Pour son 3ème CD, le groupe d'Amiens récidive dans le glauque porté par la voix grave écorchée et éraillée de son fougueux chanteur. Les textes insolents de St. Séret flirtent à nouveau avec l'humour noir, les couples sordides, les amours glacées et les ruptures sanglantes pour cœurs cassés. Univers surréaliste noir et déjanté, il y est question de cadavre exquis, de découpe à la scie d'un amant imprudent, d'un couple qui fait chambre à part pour séparer chien et chat respectif, d'une pauvre Sally malmenée en plusieurs occasions, de regards concupiscents sur les formes généreuses des joueuses de tennis ou d'une jouvencelle sagement recueillie à la messe. Bref, des histoires à dormir debout qui font froid dans le dos, loin de la pseudo "nouvelle scène" aseptisée et politiquement correcte !

CHANT'ESSONNE -J-P.C - Avril 2006



"Ribo, c'est incontestablement de la chanson française, dont le profil est plus proche d'une Brigitte Fontaine, d'Arno et des Weepers circus, que de Cali ou Bénabar. Sorte de drôles de bonhommes antipathiques, nos garçons aiment jouer sur le second degré, la franche rigolade et l'humour vachard, développés dans leurs histoires et leurs portraits de biais. Chaque titre écrit avec précision, nous emmène aisément dans l'intimité des personnages. Une réussite plus qu'encourageante."

L'UNION - Candice Cazé - Février 2006



"Ce groupe porte en lui l'insolence d'une jeunesse en route! C'est frais, ça pétille, les virgules font la nique à la rime et nous entraînent dans un rêve où chacun peut puiser ce qui lui manque pour bien finir la nuit. Ils nous escarbouillent la mélancolie."

Christian Paccoud


Publié le 2006-06-10

Chroniques - Album - Les amours Bizarres de Marius Venin"

BBimg

"Ribo habille sa prose avec fougue et tendresse, mélancolie et humour glacé. Leur album raconte de vraies histoires avec de vrais textes et un vrai chanteur. Ribo est un groupe mûr, original, émouvant et fragile."

PRESTO ! - UGH – novembre 2002


"Ribo flirte avec le rock saturé, tandis que la voix tripale du chanteur nous embarque pour un voyage dans un univers déjanté, fait d'amours vénéneuses ou sordides, de dérives ou de solitudes ordinaires"

CHANT'ESSONNE- janvier 2003


"La Soif", leurs six titres précédemment sortis, ne nous avait pas laissés sur nôtre faim. On était resté sur ce souvenir heureux d'un groupe sachant faire chanter la musique, aux connivences et à l'instrumentation largement néo-réalistes (section cuivres pimentée, harmonica, accordéon...). Tout en continuant d'assumer son goût pour des textes pas vraiment innocents, Ribo se recentre sur des compositions moins enlevées et plonge son premier véritable album, "Les amours bizarres de Marius Venin", dans une atmosphère nettement plus intimiste. La rage est toujours là mais joue moins avec les cuivres et emprunte de temps à autre au jazz, à une chanson rock où s'accrochent des vers un brin désabusés, rôde parfois même une sorte de tristesse. Quatorze titres écrits à l'encre noire... "

AGENDA CULTUREL D'AMIENS - Cédric Soulet – Mars 2003



Publié le 2003-02-10

Chroniques - CD - "La soif"

BBimg

"La tradition française, bien présente à travers les textes et la voix à ras des tripe du chanteur, l'emporte parfois mais elle est souvent bousculée par un éclectisme réjouissant"
ROCK & FOLK - H.M - Mai 2000


Publié le 2000-05-10
[ 1 ]